CiviTime

Blog

 Blog > Articles >  La RSE, le meilleur rempart contre la crise sanitaire

La RSE, le meilleur rempart contre la crise sanitaire


 

De nombreuses études montrent que RSE et performance vont souvent de pair pour les entreprises, et ce constat s’est vu confirmé lors de la pandémie Covid-19.

« On observe un écart de performance économique d’environ 13 % en moyenne entre les entreprises qui mettent en place des pratiques RSE et celles qui ne le font pas »  concluait déjà en 2016 France Stratégie à l’issue de son étude « Responsabilité sociale des entreprises et compétitivité – Évaluation et approche stratégique.

Habituées à évaluer et anticiper les risques menaçant leur supply chain, plus avancées en termes de dialogue social sur des sujets de flexibilité au travail, de protection sanitaire et sociale des salariés, de politique de congés, de garde d’enfants, de dématérialisation ou de télétravail, elles sont plus que la moyenne soutenues par des salariés qui adhèrent à leur stratégie et entretiennent avec leurs parties-prenantes des relations de confiance…toutes choses qui les rendent plus fortes et efficaces pour organiser la continuité de leurs activités en cas de coup dur. 


Le partage de la valeur en question

Rien d’étonnant donc si pendant la crise sanitaire, ce lien entre RSE et performance s’est révélé de façon encore plus évidente. Certaines entreprises se sont distinguées par leur adaptabilité et leur capacité à favoriser le bien-être de leurs salariés, à contribuer à l’intérêt général ou à protéger leurs autres parties prenantes.

Nombreuses sont celles qui ont converti leur outil de production pour fabriquer gel hydroalcoolique, masques ou respirateurs.

Mais c’est aussi le partage de la valeur qui a révélé plusieurs familles d’entreprises. Partage de la valeur avec leurs salariés - sur-sollicités ou à l’inverse contraints à l’inactivité et aux pertes de salaires correspondantes - avec leurs clients, ou avec les plus démunis.

Les entreprises ont adopté diverses solutions : diminution voire suppression des dividendes, réduction du salaire des dirigeants, économies reversées aux clients (gains des primes auto pour la Maif) ou à des personnes en difficulté (C’est qui le Patron ?)

C’est aussi avec leurs fournisseurs et prestataires que certaines entreprises ont fait preuve de solidarité. Samsung par exemple a provisionné plus de deux milliards de dollars dans un fonds dédié à ses fournisseurs.

Le Medef lui-même, qui un an après l’adoption de la loi Pactepublie un guide pratique sur les mesures RSE dans la loi Pacte à destination des TPE-PME, le reconnaît.

green_quote

« La crise sans précédent que traverse le monde aujourd’hui démontre l’interconnexion entre les enjeux sociétaux, sociaux, économiques et environnementaux. Elle interroge les entreprises sur les moyens dont elles disposent pour faire face à une crise et pour l’anticiper, ainsi que sur leur utilité, sur leur raison d’être et leurs moyens d’action face aux problématiques auxquelles est confrontée la société.La RSE est une manière pour répondre à ces questions. »

green_line

La RSE récompensée par les investisseurs

Consécration, investisseurs et marchés financiers reconnaissent (et récompensent) de mieux en mieux le lien entre RSE et meilleure gestion des risques.

Quelques semaines avant l’explosion de la pandémie déjà, Bloomberg avait souligné la superformance des fonds ESG, une analyse confirmée par la dernière analyse de Bank of America Merrill Lynch constatant que les entreprises les plus "sociales" surperforment de 5 à 10 points en Bourse par rapport aux indices de référence, aux États-Unis en Europe ou en Asie. 

De  Morningstar au National Bureau Of Economic Research, plusieurs études ont montré que les investisseurs les plus engagés sur les critères ESG avaient moins subi que les autres la crise économique qui découle de la crise sanitaire

green_quote

« Avec la perturbation causée par la crise du Covid-19, les considérations sociales sont de retour au premier plan de l'ESG. Les décisions des entreprises affectant les travailleurs et les communautés pour les investisseurs sont devenues de plus en plus importantes, car un éventail plus large d'investisseurs a commencé à examiner les entreprises sous cet angle » estime aussi Morgan Stanley dans un rapport.

Pour HSBC « Notre conviction est que les émetteurs réussissent à long terme, et génèrent des rendements pour les actionnaires lorsqu'ils créent de la valeur pour toutes les parties prenantes - employés, clients, fournisseurs, environnement et société. Lorsque des crises comme celles du Covid-19 se manifestent, en particulier avec des causes et des implications sociales et environnementales, les investisseurs peuvent voir l'ESG comme une caractéristique défensive », écrit la banque

green_line

Quelle RSE après la crise ?

En dépit de ces résultats, d’aucuns redoutent que la RSE ne soit sacrifiée en sortie de crise au nom des restrictions budgétaires et du recentrage sur le cœur de métier. Ce serait une erreur, tant ses principes sont en ligne avec les exigences de dialogue social mais aussi de transparence qui se sont accentuées ces derniers temps de la part des parties-prenantes des entreprises, consommateurs et jeunes diplômés en tête.

Face à l’urgence écologique, aux nouvelles tendances de consommation durable et aux tensions sociales, la résilience sera plus que jamais clé.

Quoi qu’il en soit, l’heure est au changement, le statu quo n’est pas envisageable et de nombreuses entreprises ont entamé la transformation de leur modèle. Choisir des fournisseurs de proximité, relocaliser sa production, adapter son offre aux périodes de crise, se différencier pour rebondir après la crise…partout des changements sont à l’oeuvre. 

À l’extérieur de l’entreprise aussi, des politiques d’urbanisme aux politiques d’achats publics en passant par la pression citoyenne pour plus de justice sociale et environnementale, les choses évoluent et pourraient déboucher sur de nouvelles réglementations contraignantes pour les entreprises.

C’est le moment où jamais d’envisager le sens à donner à son entreprise, de définir sa raison d’être, conformément à la loi PACTE votée il y a un an.

CiviTime

Réseaux Sociaux

facebooklinkedininstagramyoutubeUCECieFWRdMVAEu66lzzZ4xw?view_as=subscribertwittercivi_time

Merci pour votre inscription,

notre equipe vous contactera très prochainement.