CiviTime

Tours : avec Civitime, on peut enfin jouer dans l’entreprise

Tout a commencé par une idée lancée au cours d’une réunion de la Jeune chambre économique de Tours.

Récolter un euro par écogeste via internet, qui permettrait à des compagnons bâtisseurs de financer et d’accompagner des travaux de rénovation énergétique. Au final, un retour de 15.000 euros ! Le moment citoyen, ou « Civitime » en anglais, était lancé. Il se poursuit actuellement avec la mise en place d’une action originale pour attirer des bénévoles dans des associations de soutiens scolaires : leur proposer des cadeaux culturels, via la plateforme Teaching Boost.


Sur le site de Civitime, Anthony Mollé nous apprend que 80 % des employés se désengagent. Et d’emprunter à Isaac Getz cette métaphore :

« Imaginez une barque. À l’intérieur de cette barque, il y a 5 personnes : l’une d’entre elles rame à toute allure ; 3 autres personnes donnent des coups de rame à droite, à gauche. Et la dernière personne sabote la barque. Cette barque, c’est votre entreprise. Un salarié désengagé coûte en moyenne 14.580 euros par an à son employeur. »


« La “ gamification ” favorise l’adoption rapide de nouvelles habitudes », explique Anthony Mollé.


Un atout pour les structures qui peinent parfois à impliquer leurs différents collaborateurs dans leurs politiques RSE. Le jeune homme a imaginé, en partenariat avec des sociologues et psychologues du travail, des solutions pour améliorer l’engagement des équipes autour de la sécurité au travail, l’environnement, l’hygiène. 

#

La démarche RSE et le projet d’entreprise en sont le moteur.

« Les freins à l’engagement proviennent surtout d’une gouvernance qui n’incarne pas le message qu’elle veut faire passer. Nous avons pu identifier une vingtaine de leviers sur lesquels il faut agir pour que le collaborateur s’implique. Vingt leviers et autant de jeux agrémentés de quiz. Quand une entreprise diffuse une information interne, le taux moyen de clicks atteint 10 %. Avec nos contenus, c’est 63 %… » explique le jeune entrepreneur qui a démarré son activité à la pépinière Start’in Box au Sanitas. Hébergé désormais chez Mame, il a recruté une quinzaine de collaborateurs.

Parmi leurs abonnés, figurent des banques comme la Société Générale, le Crédit Agricole, la Banque Postale, mais aussi le groupe Barrière et France Boissons. L’an dernier, Civitime s’était vu attribuer une dotation de 850.000 euros par le fonds d’investissement de Loire Valley Invest, souscrit par Bpifrance, la Région Centre-Val de Loire, les Métropoles d’Orléans et de Tours, et d’autres partenaires bancaires et institutionnels.


Cette levée de fonds lui a permis d’accélérer son développement et ses recherches. La crise sanitaire a un peu réduit son développement commercial : Civitime va cette année doubler son chiffre d’affaires, « au lieu de le tripler », souligne son dirigeant. En 2021, elle mettra davantage de produits sur l’étagère, avec différents contenus : gestion des déchets, numérique responsable, handicap et diversité, RSE 360.


Article réalisé par Bruno Pille - [La Nouvelle République](https://https://www.lanouvellerepublique.fr/economie/top-des-entreprises/indre-et-loire/laureats/tours-avec-civitisme-on-peut-enfin-jouer-dans-l-entreprise?queryId%5Bquery1%5D="57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57d2960a459a4539008b4612&page=9&pageId=5dc42ec29459654e2f8b4582), le 15 décembre 2020

"


CiviTime

Réseaux Sociaux

facebooklinkedininstagramyoutubeUCECieFWRdMVAEu66lzzZ4xw?view_as=subscribertwittercivi_time

Merci pour votre inscription,

notre equipe vous contactera très prochainement.