CiviTime

Blog

 Blog > Articles >  13 000 étudiants refusent de rejoindre les entreprises polluantes !

13 000 étudiants refusent de rejoindre les entreprises polluantes !


Dans la foulée de la publication du rapport du Giec, lundi 8 octobre, des élèves d’HEC Paris, d’AgroParisTech, de Centrale Supélec, de l’Ecole Polytechnique et de l’ENS (Ecole normale supérieure) Ulm ont publié un « manifeste étudiant pour un réveil écologique », signé à ce jour par plus de 13.000 personnes. À quoi bon décrocher un job en or si celui-ci contribue à l’anéantissement du monde, et, par conséquent, à son propre anéantissement ? Voici, en somme la question cruciale à laquelle ont répondu les 13 000 étudiants de grandes écoles signataires du Manifeste pour un réveil écologique. Un geste fort qui les engage officiellement à ne jamais travailler pour une entreprise polluante. Gros plan sur une initiative exemplaire qui invite à l’optimisme.

Face aux désastres climatiques et environnementaux, les choses bougent et les mentalités changent. Rares sont les citoyens qui acceptent désormais de se rendre complices de l’effondrement à venir. En témoigne ceManifeste pour un réveil écologique qui, lancé il y a trois semaines seulement, rencontre déjà un succès fulgurant auprès des étudiants des grandes écoles (HEC, Ulm, Polytechnique…).

« Nous, étudiants en 2018, faisons le constat suivant : malgré les multiples appels de la communauté scientifique, malgré les changements irréversibles d'ores et déjà observés à travers le monde, nos sociétés continuent leur trajectoire vers une catastrophe environnementale et humaine. Nous, signataire de ce manifeste, sommes pourtant convaincus que ce sombre tableau n'est pas une fatalité. »

Deux options s'offrent aujourd'hui à nous : poursuivre la trajectoire destructive de nos sociétés, se contenter de l'engagement d'une minorité de personnes et en attendre les conséquences ; ou bien prendre notre avenir en main en décidant collectivement d'anticiper et d'inclure dans notre quotidien et nos métiers une ambition sociale et environnementale, afin de changer le cap et ne pas finir dans l'impasse. »

« Face à l'ampleur du défi, nous avons conscience que les engagements individuels, bien que louables, ne suffiront pas. En effet, à quoi cela rime-t-il de se déplacer à vélo, quand on travaille par ailleurs pour une entreprise dont l'activité contribue à l'accélération du réchauffement climatique ou l'épuisement des ressources ? »

Face à ce constat, les étudiants se disent prêts « à questionner notre zone de confort pour que la société change profondément ». Notamment « en se tournant vers les employeurs que nous estimerons en accord avec nos revendications ».

Pour un étudiant, signer ce manifeste, c’est éviter de contribuer au pire mais c’est aussi forcer les entreprises à modifier leurs comportements. Elles veulent continuer à recruter parmi les plus diplômés du pays ? Alors qu’elles changent de modèle environnemental, social et économique !

CiviTime

Réseaux Sociaux

facebooklinkedininstagramyoutubeUCECieFWRdMVAEu66lzzZ4xw?view_as=subscribertwittercivi_time

Merci pour votre inscription,

notre equipe vous contactera très prochainement.